Billets et regards d’experts

Conseils et bonnes pratiques

de démocratie ouverte locale

L‘association Démocratie Ouverte, ses membres et ses partenaires se mobilisent pour donner les clefs aux futures équipes municipales qui souhaitent transformer leurs pratiques en matière de démocratie.

Retrouvez ici le sommaire évolutif des contenus que nous publions chaque semaine, de décembre 2019 à mai 2020 :

A PROPOS DU LIVRE-BLANC…

Contexte : de l’indifférence à l’effervescence

Le mouvement social qui a traversé la France entre novembre 2018 et mai 2019 a mis au cœur de ses revendications la question démocratique. Alors que l’on évoque la “crise de la démocratie” depuis de nombreuses années, les chiffres sont aujourd’hui indiscutables : l’abstention a battu des records en 2017 avec un taux d’abstention de 74% chez les 18–25 ans aux élections législatives ; 81 % des Français disent éprouver de la méfiance, du dégoût, de l’ennui ou de la peur à l’égard du système politique ; et la moitié des maires déclarent ne pas vouloir se représenter aux prochaines élections municipales.

Malgré tout, l’idéal démocratique existe encore : ce sont surtout ses modalités de mise en œuvre qui sont remises en question. En effet, 83% des Français pensent que la démocratie est mieux que n’importe quelle autre forme de gouvernement. Il semblerait donc que la majorité ne souhaite pas “moins” mais du “mieux”. Les tendances d’opinion en vue des élections municipales de mars 2020 semblent le confirmer : 7 Français sur 10 souhaitent élire un maire “sans étiquette politique” et “affichent leur préférence pour une liste dont le programme aurait été co-construit avec les habitants”.

Encore confidentielles il y a 5 ans, les innovations démocratiques contribuent désormais à apporter des solutions pour permettre au citoyen de mieux s’informer, agir sur les décisions ou encore contrôler ses représentants. L’écosystème se structure non seulement autour de plateformes numériques mais aussi de nombreuses initiatives issues de la culture de l’éducation populaire, du community organizing, de la gouvernance partagée ou encore de l’intelligence collective.

Les élections municipales de mars 2020 offrent donc une opportunité sans précédent pour développer une démocratie plus ouverte, en lien avec les aspirations exprimées par des millions de Français. De par sa taille et son ancrage aux préoccupations quotidiennes des citoyens, l’échelon municipal est particulièrement adapté au développement d’une vie démocratique riche et continue. C’est aussi à ce niveau que l’on peut recréer des vecteurs de socialisation et des liens de confiance sur les territoires, comme ce fut le cas sur les rond-points pour des milliers de citoyennes et citoyens isolés pendant le mouvement des Gilets Jaunes. Enfin, si le Grand Débat et la Convention Citoyenne pour le climat démontrent une certaine prise de conscience du besoin de faire évoluer nos institutions nationales, l’innovation démocratique institutionnelle au niveau nationale ne pourra suffire — quel que soit leur niveau de réussite.

Le futur cycle d’élections locales — municipales (2020), départementales et régionales (2021) — va accélérer le déploiement d’approches participatives et d’innovations démocratiques. Alors que le thème de la participation citoyenne figure désormais en lettres d’or sur bon nombre de programmes politiques, le risque de récupération des principes de la démocratie ouverte à des fins politiciennes ne peut être négligé. De plus, en tant que prestataires de service ou bénéficiaires de subventions, les innovateurs démocratiques ne peuvent pas toujours servir de garde-fou aux risques de mauvais usage de leurs outils par des responsables politiques qui souhaiteraient dévoyer leur raison d‘être initiale : remettre le citoyen au coeur de la démocratie. L’heure n’est donc plus tant à l’acculturation sur le besoin de la participation citoyenne, qu’à la sensibilisation et à l’accompagnement des élus autour des valeurs et bonnes pratiques de la démocratie ouverte.

La démocratie est aujourd’hui à la croisée des chemins. Dans ce contexte à la fois teinté d’espoirs et de risques, Démocratie Ouverte souhaite guider les futures équipes municipales en leur donnant les clefs pour une démocratie locale plus ouverte, sans “civic-washing”. Au-delà du temps des élections adapté à la sensibilisation, l’objectif est de généraliser le déploiement de l’innovation démocratique au service des habitants et des territoires au cours du prochain mandat (2020–2026).

Un livre-blanc pour passer à l’action

Dans la perspective d’inciter un maximum de communes à mettre en place une démocratie ouverte de qualité au lendemain des élections de mars 2020, Démocratie Ouverte mobilise son réseau et ses partenaires pour capitaliser et diffuser leurs connaissances, valeurs et bonnes pratiques à travers la publication d’un livre-blanc.

L’ambition de l’association est de donner aux futures équipes municipales les clefs pour comprendre, s’inspirer et se mettre en chemin pour agir en faveur d’une démocratie réellement plus ouverte, au service des citoyens. En opposition aux approches solutionnistes, il s’agit d’amener les futurs élus à avoir une démarche réflexive afin qu’ils se posent les bonnes questions et interrogent leur posture avant de déployer tel ou tel outil. L’objectif du livre-blanc étant d’accompagner le passage à l’action des élus, des exemples concrets seront également mis en avant à travers des témoignages inspirants, des retours d’expérience et des propositions d’actions à mettre en œuvre.

Il s’adresse avant tout aux futurs élus locaux, mais aussi à leurs collaborateurs et agents territoriaux qui les accompagneront dans les démarches de démocratie ouverte. Plus largement, il pourra permettre aux habitants et aux bénévoles associatifs d’impulser une transformation démocratique sur leur territoire. Des contenus spécifiques pourront être dédiés à ces publics. La collaboration entre les diverses parties prenantes est de tout manière indispensable dans une démarche de transformation

Le livre-blanc est rédigé par l’équipe de l’association, en collaboration avec les membres et partenaires du réseau Démocratie Ouverte.

Le comité éditorial du livre-blanc est composé de :

  • Loïc Blondiaux, professeur en science politiques à la Sorbonne (Paris I), auteur de l’ouvrage de référence Le nouvel esprit de la démocratie, 2008
  • Elisabeth Dau, experte en gouvernance démocratique et en municipalisme, directrice au sein du mouvement Utopia et Commonspolis
  • Magali Fricaudet, experte du municipalisme et coprésidente de l’Association Internationale des techniciens et chercheurs (AITEC)
  • Nagère Guiraud, directrice des programmes et projets à la 27ème Région
  • Claudy Lebreton, ancien Président du Conseil Général des Côtes d’Armor
  • Manon Loisel, consultante en participation citoyenne, professeur à Sciences Po et co-fondatrice de Champ Libre
  • Brigitte Menguy, rédactrice en chef adjointe de la Gazette des Communes
  • Jo Spiegel, maire sortant de Kingersheim (Alsace), auteur de Et si on prenait — enfin ! — les électeurs au sérieux, 2017
  • Julien Talpin, co-directeur du GIS Démocratie et Participation, chercheur au CNRS

Vous aussi vous êtes candidate ou candidat aux élections municipales de 2020 ?

Engagez-vous pour une démocratie locale plus ouverte dans votre commune ?