Déjouer les pièges de l’innovation publique – Nadège GUIRAUD

Dans le cadre des Municipales de 2020, Démocratie Ouverte publie des regards d’experts sur les bonnes pratiques et méthodes de démocratie ouverte locale, à destination des futurs maires. Cette semaine : Nadège GUIRAUD, Directrice des programmes et des projets de La 27ème Région, laboratoire d’innovation publique.

Depuis une quinzaine d’années en France, face à l’incertitude et la complexité croissantes du monde qui nous entoure et à la crise de confiance qui touche toutes nos institutions, des collectivités expérimentent d’autres manières de faire des politiques publiques, radicalement différentes : plus ouvertes, plus inventives, plus contextualisées, plus collaboratives. 

Qu’on les qualifie d’innovation publique, de transformation publique ou de design des politiques publiques, elles ont le vent en poupe. Il ne se passe pas un mois sans qu’une organisation publique inaugure son nouveau labo d’innovation ou organise une session de co-conception ou de créativité. Si cet engouement traduit une remise en cause salutaire des pratiques bureaucratiques par l’acteur public, il n’est pas sans risques : ceux de l’injonction à l’innovation (« il faut innover pour innover »), des fausses promesses (la solution miracle qui marche partout pour tout le monde) ou de l’instrumentalisation de l’innovation à des fins strictement budgétaires (« innover pour faire mieux avec moins »).  

Les démarches d’innovation publique impliquent au contraire un engagement sincère de ceux qui les initient. Pour être réellement utiles, elles doivent autoriser la reformulation, voire la remise en question de la « commande » initiale. Car si l’élu.e détient une légitimité démocratique et doit porter une vision, elle ou il ne détient pas pour autant, seul.e, la vérité. Co-construire les politiques publiques avec les agents, les habitant.e.s, les acteurs du territoire, c’est être prêt à faire un pas de côté, à réviser (voire abandonner !) son idée initiale, à repenser un projet pour l’adapter aux besoins réels, aux pratiques et au vécu des personnes, à tester plusieurs pistes avant d’en choisir une. Cela implique du temps, celui de l’analyse, de l’écoute, de la coopération et de la créativité. Mais au final, c’est un gage de plus grande qualité, justesse et compréhension des politiques menées, et c’est une des conditions pour une démocratie vivante et inclusive. Prétendre co-construire quand on a déjà une « solution » toute prête ou un projet qui doit être mis en œuvre dans un mois, c’est s’exposer à décevoir et à invalider tout futur processus participatif. 

Quelques idées reçues se retrouvent communément au sujet des démarches d’innovation publique. Elles sont trop souvent perçues comme étant uniquement l’affaire de l’administration (il est vrai qu’elles nécessitent une acculturation des agents à de nouvelles méthodes de travail), alors qu’elles sont éminemment politiques. En cela, elles devraient être portées et soutenues bien plus largement par les élu.e.s. ! Ensuite, la co-conception et l’expérimentation peuvent s’appliquer à toutes sortes de politiques publiques, pas seulement la construction d’un nouvel équipement. Elles sont tout aussi pertinentes pour la mise en place d’un nouveau dispositif, la refonte d’un service ou la mise en place d’une nouvelle organisation du travail au sein de la collectivité. Enfin, elles ne concernent pas que les grandes collectivités. La médiathèque de Lezoux dans le Puy de Dôme, imaginée et préfigurée avec les habitant.e.s, ou les Villages du futur dans le Pays Nivernais Morvan, associant les habitant-e-s, les élu-e-s et les technicien-ne-s du territoire de 14 villages à une réflexion sur les nouveaux usages de leurs centre-bourgs, sont autant d’exemples réussis de ce type de démarche au sein de communes rurales.

3 Commentaires

  1. Loyd Joans

    Hiya, I’m really glad I have found this info. Today bloggers publish just about gossip and internet stuff and this is actually annoying. A good web site with exciting content, this is what I need. Thank you for making this site, and I’ll be visiting again. Do you do newsletters by email?

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *